Browse: HomeNews → Avion de chasse: dominance commerciale américaine en Europe

Avion de chasse: dominance commerciale américaine en Europe

Avion de chasse: dominance commerciale américaine en Europe

Quand on regarde l’équipement des Européens, en avions de chasse ou de combat, on remarque une constante. Les pays européens préfèrent acheter américain qu’européen. Mais à y regarder de près, on voit aussi que ceux qui proclament haut et fort qu’ils sont tenants de l’Europe de la défense ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Combien de pays ne volent pas avec du matériel américain ? Cela se compte sur les doigts d’une main et un doigt. Seuls six pays ne volent pas américains (en bleu et en vert sur la carte) : France, Allemagne, Suède, Rép. Tchèque, Autriche, Hongrie. Parmi ces pays, il faut distinguer la Suède (Gripen) et la France (Rafale) qui s’équipent uniquement en national (en vert sur la carte), et l’Allemagne qui vole avec du matériel européen (Eurofigther) certes mais fabriqué sur son sol. Tandis que l’Autriche, la Hongrie et la Tchéquie volent avec du matériel acheté chez un de leurs voisins. Le premier en Eurofighter, les deux autres en matériel suédois. Certains pays pratiquent-ils un équipement mixte ? Oui. Le panachage est un procédé typique de plusieurs pays (en jaune sur la carte). C’est le cas de tous les pays du Sud de l’Europe — l’Ejército del aire espagnole, l’Aeronautica italienne, l’Hellenic Air Force —, qui ont jusqu’ici pris grand soin d’avoir au moins deux modèles dans leur flotte aérienne : l’un de fabrication UE, l’autre de fabrication US. A une exception notable près : le Portugal. C’est aussi le cas… du Royaume-Uni. … le Royaume-Uni aussi ? Qui l’eut cru ! Ce pays très attaché au lien transatlantique prend bien soin d’équilibrer ses achats entre le made in USA et le made in Europa. Une tradition de la Royal Air Force. Les Britanniques — à la différence des Français — préfèrent fabriquer en multinational que fabriquer en solo. Cela a été le cas du Tornado (un avion fabriqué avec l’Allemagne et l’Italie) puis de l’Eurofighter (renommé Typhoon outre-Manche). Hors de l’aviation de chasse, c’est aussi le cas de l’Airbus A400M. Un pragmatisme qui a un fondement très industriel. Une partie de ces avions (européens) sont fabriqués dans les usines britanniques. Y-a-t-il des tendances géopolitiques dans l’équipement exclusif made in USA ? Clairement. Les pays qui ont une frontière avec la Russie s’équipent exclusivement en matériel américain (en orange sur la carte), en général avec du F-16 (fabriqués par General Dynamics, aujourd’hui repris par Lockheed Martin). Il ne s’agit pas alors seulement de performances de l’appareil mais aussi d’avoir une ‘assurance-vie’ américaine… et de bénéficier à moindre prix d’une flotte d’appareils. Ceux-ci étant souvent amortis ou d’occasions. … et d’autres raisons plus idéologiques ? Les pays du nord de l’Europe (Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique) sont aussi équipés en matériel américain. Il s’agit là d’une solidarité euro-atlantique plutôt que d’une solidarité européenne. Assez atypique par rapport à ses voisins, le Portugal a également acheté du matériel américain, pour des raisons idéologiques (et des raisons politiques très personnelles). Hors de l’Union européenne, même la neutre Suisse vole US : avec des F/A 18 Hornet fabriqués par Boeing (1). Décidément, en matière d’équipement d’avions de chasse… ceux qui se prétendent très Européens ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Dans ce panorama, comment se situent les Français ? La France est totalement isolée. Son aviation de chasse est équipée uniquement de matériel national (2). Mais, à la différence de la Suède, autre producteur national, et du précédent du Mirage, Dassault n’a pas réussi à exporter son Rafale (avion pourtant excellent) dans d’autres pays en Europe. Certes, deux pays figurent aujourd’hui dans la lunette de tir de Paris : la Belgique et la Suisse. Cela nécessitera cependant un sacré effort pour convaincre ces deux pays, francophones, de s’équiper ‘français’. Dans le futur, le Rafale pourrait être ainsi le dernier avion à être produit en ‘national’. L’avion du futur (habité ou non = drone) devra l’être avec un autre pays (Royaume-Uni ou/et Allemagne). Une raison davantage économique que politique. La France ne peut plus suivre en solo.

RELATED

SHARE

NO COMMENT

COMMENTS ARE CLOSED

© 2009 NEWSPRESS. POWERED BY WORDPRESS AND WPCRUNCHY.
Design by Acai Berry. In collaboration with Online Gambling, Credit Repair and spielautomat