Des avions pour la guerre

avion de chasse MiG

J’ai récemment assisté à une excellente convention dans une base aérienne des services militaires. On y parlait d’avions militaires, et surtout de chasseurs à réaction. Un avion de chasse est un avion développé principalement pour assurer le contrôle de l’espace aérien essentiel en détruisant l’avion ennemi au combat. L’opposition peut comprendre des chasseurs de capacité équivalente ou des bombardiers transportant un armement de protection. Pour ces raisons, les chasseurs doivent être capables d’atteindre les meilleures performances globales possibles afin d’être en mesure de voler et de déjouer les chasseurs adverses. Plus important encore, ils doivent être équipés d’armes spécifiques capables de frapper et de détruire l’avion adverse.

Les avions de chasse ont déjà été décrits par un certain nombre d’étiquettes. Au début de la Première Guerre mondiale, ils étaient utilisés comme avions d’observation pour repérer l’artillerie, mais on s’est vite rendu compte qu’ils pouvaient être armés et se battre entre eux, abattre les bombardiers ennemis et accomplir d’autres tâches stratégiques. Depuis cette période, les chasseurs ont assumé divers rôles de combat spécifiques. Un intercepteur est en fait un chasseur dont le style et l’armement lui conviennent le mieux pour intercepter et battre ou mettre en déroute les chasseurs envahisseurs. Un chasseur de nuit est un chasseur équipé d’un radar avancé et d’autres instruments permettant de se déplacer de nuit en territoire inconnu ou hostile. Un chasseur mma de jour est certainement un avion dans lequel le poids et l’espace sont économisés en éliminant l’équipement de navigation spécial du chasseur mma de nuit. Le chasseur de suprématie environnementale, ou de supériorité aérienne, doit avoir une capacité de longue portée, afin de lui permettre de se déplacer en force en territoire ennemi pour en sortir et endommager les chasseurs adverses. Les chasseurs-bombardiers MMA remplissent le double rôle suggéré par leur titre.

À l’époque des “dogfights” aériens de la Première Guerre mondiale, les mitrailleuses légères étaient synchronisées pour tirer avec l’hélice de l’avion, et à la fin de la bataille, des chasseurs tels que le Fokker D.VII allemand et le Spad français atteignaient des vitesses de 215 km par heure. Nombre d’entre eux étaient des biplans à armature en bois et à revêtement en tissu, comme la plupart des avions de chasse de l’entre-deux-guerres. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les avions de chasse monoplan tout en métal ont dépassé des vitesses de 450 kilomètres (725 km) par heure et ont atteint des plafonds de 35 000 à 40 000 pieds (10 700 à 12 000 m). Les chasseurs les plus connus de l’époque étaient le Hurricane et le Spitfire britanniques, le Messerschmitt 109 et le FW-190 allemands, le P-47 Thunderbolt et le P-51 Mustang américains, et le Zero (AGM Type Zero) japonais. Les capacités des Alliés et de l’Axe ont mis en place des avions à réaction, mais ceux-ci sont devenus opérationnels bien trop tard pour avoir un impact sur l’issue de la bataille.

Tout au long de la bataille de Corée, les chasseurs à réaction, en particulier le F-86 américain et le MiG-15 soviétique, ont été utilisés à fond. Les F-100 et F-4 américains, le MiG-21 soviétique et le Mirage III français ont été utilisés au Moyen-Orient et au Vietnam dans les années 1960 et 1970. Les chasseurs à réaction supersoniques contemporains peuvent voler à plus de mille kilomètres (1 600 km) à l’heure. Ils peuvent avoir des taux de montée rapides, une excellente manœuvrabilité et une grande puissance de feu, comme des missiles atmosphère-atmosphère. Le F-16 américain ainsi que le MiG-25 soviétique comptent parmi les chasseurs à réaction les plus avancés au monde.

Aux vitesses et altitudes auxquelles ces avions peuvent évoluer, la question de la frappe et de la destruction de l’avion ennemi devient très complexe et nécessite une série d’équipements numériques, vol en avion de chasse de navigation et de calcul. Un chasseur mma monoplace à hautes performances des années 1980 peut être aussi coûteux et beaucoup plus compliqué que les bombardiers multimoteurs de la Seconde Guerre mondiale. Souvent, les fonctions de recherche et d’attaque sont totalement automatisées, le rôle du pilote dans le combat se réduisant pratiquement à vérifier la procédure de l’engin. En effet, avec les avions de combat mma modernes à réaction, on arrive à un stade où les capacités de performance globale de la machine dépassent les capacités d’un pilote humain à la contrôler.

A propos de admin 989 Articles
Avion-Chasse.fr est un site d'information indépendant dont l'équipe éditoriale est composée de journalistes aéronautiques et de pilotes professionnels.