Browse: HomeUncategorized → Le Brésil vend des portes-avions aux enchères

Le Brésil vend des portes-avions aux enchères

Le ministère de la Défense de razil aurait entamé le processus de vente aux enchères de son porte-avions à la retraite, l’ex-São Paulo, avec des offres commençant à 1 275 millions de dollars, soit environ un dixième de ce que le pays a payé pour acheter le navire à la France il y a près de vingt ans. Les Brésiliens ont officiellement décidé de mettre hors service le flattop il y a deux ans, ce qui a laissé le sort des avions de combat à porte-avions AF-1 Skyhawk du pays dans les limbes depuis. Les Brésiliens ont officiellement mis le transporteur en vente le 23 septembre 2019, selon Airway1. Commandé à l’origine dans la marine française sous le nom de Foch en 1963, il était le deuxième de deux porte-avions de la classe Clemenceau et est resté en service en France jusqu’en 2000.

Le Brésil a acheté le navire la même année au prix exceptionnel de 12 millions de dollars. Au moment de la retraite de São Paulo, il n’y avait que deux autres pays au monde, les États-Unis et la France, fighter jet toujours en opération de décollage assisté et d’assistance assistée par catapulte (CATOBAR) configurés porte-avions. L’acquisition de São Paulo par le Brésil faisait partie d’un effort plus général de la marine nationale pour mettre en service une capacité de jet tactique à voilure fixe basée sur un transporteur. Cet effort remonte aux années 1980 et à l’élimination des règles selon lesquelles l’armée de l’air brésilienne était le seul service capable d’exploiter des appareils à voilure fixe. Cet accord interservices antérieur avait eu pour conséquence que l’armée de l’air était responsable de l’utilisation des avions de guerre anti-sous-marins S-2 Tracker embarqués sur le premier porte-avions de la marine brésilienne, le Minas Gerais, pendant que la marine pilotait des hélicoptères depuis le pont de ce navire.

Ce navire, un autre type CATOBAR, était un ancien transporteur de classe Colossus appartenant à la marine royale britannique que le Brésil avait acquis du Royaume-Uni en 1956. En 1986, la catapulte de Minas Gerais se brise et, devant quoi compter sur l’armée de l’air pour les avions à voilure fixe, la marine décide de ne pas la réparer, amenant l’avion à opérations sur le navire à une fin pendant plus d’une décennie. En 1995, le Brésil a commencé à installer une catapulte de remplacement, acquise d’Argentine après le retrait de son porte-avions Veinticinco de Mayo, un autre navire de la classe Colossus. Deux ans plus tard, le Brésil a signé avec le Koweït un accord d’une valeur de 70 millions de dollars portant sur l’acquisition de 20 avions de combat monoplaces A-4KU et de trois avions de combat TA-4KU Skyhawk à deux places, qui constitueront le cœur de la nouvelle aile de transport de la marine brésilienne. Ces avions ont été baptisés AF-1 et AF-1As en service brésilien.

Vous pouvez en savoir plus sur ces appareils, tous affectés au 1er escadron d’interception / d’attaque (VF-1) du service, en détail ici. Les Skyhawks, arrivés au Brésil en 1999, n’ont servi que brièvement sur Minas Gerais. La marine brésilienne a cependant retiré son navire de la flotte en 2001. Les appareils étaient mieux adaptés au plus grand pont de São Paulo.

RELATED

SHARE

NO COMMENT

Leave a comment

© 2009 NEWSPRESS. POWERED BY WORDPRESS AND WPCRUNCHY.
Design by Acai Berry. In collaboration with Online Gambling, Credit Repair and spielautomat